Île d’Oléron : que faire dans le nord de l’île ?

Les incontournables de l'île d'Oléron

L’île d’Oléron fut pour moi un véritable coup de cœur ! Je vous en parlais déjà il y a plusieurs mois, je rêvais de découvrir cette île de l’Atlantique, que j’imaginais authentique et sauvage. Surnommée la Lumineuse, l’île d’Oléron a été à la hauteur de mes attentes et m’a bluffée ! Elle reste brute et naturelle, et il faut sortir des sentiers battus pour la découvrir ! Partout, le dépaysement est total, avec ses pins, ses palmiers et ses yukas en fleurs…

L’île d’Oléron est la deuxième plus grande île métropolitaine après la Corse avec ses 100km de côtes, et sa diversité incroyable de paysages nous offre des possibilités de découvertes infinies. Pour vous la faire découvrir au mieux, je vous propose de commencer à explorer ensemble le Nord de l’île d’Oléron, entre marais, plages et forêts. Je vous réserve ensuite un deuxième article pour découvrir le Sud de « l’île aux senteurs ». Vous êtes prêts ? Je vous indique que faire dans le nord d’Oléron !

 

 

 

1. S’ÉVADER DANS LES MARAIS OLÉRONAIS

 

 

C’était la première chose qui m’avait frappée sur une carte lorsque je regardais de plus près l’île d’Oléron. Sur la côte est, un magnifique entrelacs d’eau et de terre, qui m’intriguait beaucoup ! Et bien, ce sont des marais qui envahissent l’île, et non des canaux ostréicoles comme je l’imaginais. Mais vous découvrirez vite que les deux ne sont pas si étrangers ! Ces marais étaient à l’époque des marais salants, principale activité de l’île. On verra d’ailleurs dans le deuxième article sur le sud de l’île d’Oléron que des marais salants existent encore à l’heure actuelle !

Pour les découvrir, le mieux est d’emprunter les petites routes sinueuses qui traversent ces marais, au départ de Saint-Pierre notamment. La route de l’Eguille est un bon exemple pour les explorer. Ces petites routes sont quasiment désertes, à des années lumière de la route principale sans charme qui traverse l’île du nord au sud. C’est ici que bat le cœur d’Oléron, brut et sauvage !

Vous pourrez donc observer les vastes marais aux formes presque géométriques, sauvages sur leurs bords, baignés d’eaux pures qui reflètent les nuages. Une parfaite mise en bouche parfaite pour débuter notre visite de l’île !

Île d'Oléron : les marais

Île d'Oléron : les marais

Île d'Oléron : les marais

Île d'Oléron : les marais

 

 

 

2. RENCONTRER ARTISTES ET OSTRÉICULTEURS A LA BAUDISSIERE

 

 

A la lisière des marais se trouve le chenal ostréicole de la Baudissière. Le lieu est particulièrement photogénique avec ses cabanes colorées. Mais ce que j’ai le plus apprécié est le mélange entre les ostréiculteurs et les artistes qui se côtoient de près dans ces cabanes. La récolte et le traitement des huîtres est toujours fait sur place, et l’on peut les déguster en plus à quelques mètres de là. Le circuit ne pourrait être plus court ! Le restaurant Chez Mamelou propose justement des huîtres (sur place ou à emporter), ainsi que l’églade de moules, spécialité oléronaise.

Île d'Oléron : le chenal de la Baudissière

Île d'Oléron : le chenal de la Baudissière

 

Chaque cabane a sa propre couleur, et les bateaux des ostréiculteurs sont assortis à leur cabane ! Tradition que j’avais d’ailleurs découverte dans le Bassin d’Arcachon… Les décorations fantaisistes des artistes de la Baudissière donnent également un joyeux spectacle au visiteur de passage et égayent ses cabanes typiques vouées autrefois à l’abandon !

Île d'Oléron : le chenal de la Baudissière

Île d'Oléron : le chenal de la Baudissière

Île d'Oléron : le chenal de la Baudissière

 

 

 

3. DÉCOUVRIR L’HISTOIRE DE L’OSTRÉICULTURE OLÉRONAISE A FORT ROYER

 

 

Je vous emmène maintenant découvrir l’aventure de l’ostréiculture oléronaise un peu plus au nord, à Fort Royer. Situés au milieu de la réserve naturelle de Moëze-Oléron, ce sont 7 ostréiculteurs qui travaillent désormais ici. La visite guidée, passionnante, permet de connaître l’histoire des huîtres, celle de leur naissance à Oléron et toutes les étapes de l’ostréiculture !

Saviez-vous par exemple que les Romains se servaient des huîtres comme bulletins de vote ? Ou bien encore que les Rois de France en raffolaient, et en mangeaient douze douzaines à la fois ? A Oléron, la tradition est un peu plus récente, car les parcs à huîtres sont nés de la surpêche, qui amenuisait les ressources et donc le travail des pêcheurs. Plusieurs types d’huîtres y ont été cultivées au fil des années puis ont disparu à cause de maladies. C’est donc aujourd’hui l‘huître japonaise que l’on cultive à Fort Royer !

Île d'Oléron : Fort Royer

Île d'Oléron : Fort Royer

 

Il faut en fait 4 ans entre les larves et la dégustation. Et entre temps, une travail de très longue haleine attend l’ostréiculteur qui fait tout à la main, sauf le cerclage des bourriches, à la toute fin ! J’ai vraiment adoré en apprendre autant sur les huîtres. Jamais je n’aurais par exemple imaginé que les ostréiculteurs influençaient la forme de l’huître pour éviter qu’elles ne soient trop plates et donc pas assez remplies…

Les huîtres de l’île d’Oléron sont d’ailleurs connues dans le monde entier grâce à une spécificité : elles sont affinées dans les claires (les marais) pour leur donner un goût particulier approchant celui de la noisette. C’est aussi la seule huître française à posséder le label rouge !

Vous pourrez en déguster quelques unes à la fin de la visite…

Île d'Oléron : Fort Royer

Île d'Oléron : site ostréicole de Fort Royer
Différentes techniques d’ostréiculture

 

 

 

4. PROFITER DES MAGNIFIQUES PLAGES DE SABLE D’OLÉRON

 

 

Après cette dégustation, je vous propose une balade digestive sur les plages du nord-est de l’île. Bordées de forêts de pins et de chênes verts, et encerclées de dunes, les plages des Saumonards et celle de Boyardville sont de toute beauté ! Leur sable clair et leur eau translucide m’ont d’ailleurs rappelé les plages de la côte est du Cotentin,  comme celle d’Utah Beach.

Juste en face de la plage de Boyardville, vous apercevrez le célèbre Fort Boyard. Si on le connaît aujourd’hui suite à l’émission de télé éponyme, sa forme de bateau était à l’origine un rempart de premier plan contre les envahisseurs pour protéger l’arsenal militaire de Rochefort.

Île d'Oléron : plage de Boyardville

 

Vous pourrez longer la plage pendant de longs kilomètres ou faire un saut dans la forêt attenante…

Et la côte ouest de l’île n’est pas non plus en reste, avec de très belles plages comme celle des Huttes, superbe au coucher du soleil… Battues par les vents, elles sont de toute beauté ! Elles vous permettront également de pratiquer de nombreux sports nautiques.

Île d'Oléron : plage de Boyardville

Île d'Oléron : plage de Boyardville

Île d'Oléron : forêt de pins

Île d'Oléron : plages

 

 

 

5. SE PERDRE A TRAVERS LES CABINES DE PLAGE COLORÉES DE LA BOIRIE

 

 

Direction à présent une autre plage, celle de la Boirie à Saint-Denis-d’Oléron. Plus petite et moins spectaculaire que les précédentes, elle invite néanmoins à la flânerie avec ses jolies cabines de plage ! Après celles de Gouville-sur-mer dans le Cotentin et celles de Deauville en Normandie, les cabines oléronaises sont très colorées et décorées soigneusement par leurs heureux propriétaires. Un endroit bien sympathique à découvrir absolument dans le Nord de l’île d’Oléron.

Île d'Oléron : les cabines de plage à la Boirie

Île d'Oléron : les cabines de plage à la Boirie

Île d'Oléron : les cabines de plage à la Boirie

 

 

 

6. SE BALADER DANS LES PETITS VILLAGES OLÉRONAIS

 

 

Le Nord de l’île d’Oléron abrite également de nombreux petits villages typiques comme Chaucre ou La Bréé-les-Bains. L’île est en fait composée d’une multitude de petits hameaux, et ceux du nord sont particulièrement charmants ! Ils conservent leurs maisons blanches autrefois recouvertes de chaux, et aujourd’hui agrémentés de roses trémières colorées. D’autres arborent parfois de jolies pierres apparentes

Île d'Oléron : villages typiques

Île d'Oléron : villages typiques

Île d'Oléron : villages typiques

Île d'Oléron : villages typiques

 

Les maisons sont pour la plupart très basses, avec un seul étage auquel on accède par un escalier extérieur. Vous remarquerez parfois aussi une petite niche qui s’avance en dehors du mur extérieur : c’est ici à l’on posait la perche qui servait à faire sécher le poisson en hauteur ! Et à chaque coin de rue, de petits puits anciens ont traversé les âges et nous rappellent la vie d’autrefois.

Si vous visitez l’île d’Oléron en été, vous découvrirez aussi les nombreuses roses trémières et leurs jolies nuances qui envahissent les façades. Toute une poésie, typique de l’île !

Île d'Oléron : Saint-Pierre-d'Oléron
Saint-Pierre-d’Oléron

Île d'Oléron : roses tremières

Île d'Oléron : Saint-Pierre-d'Oléron

 

 

 

7. DÉGUSTER DES SPÉCIALITÉS LOCALES AU PORT DE LA COTINIERE 

 

 

6e port de pêche français, le port de la Cotinière étonne par son activité ! Chaque année, 5000 tonnes de poissons et de fruits de mer transitent par ici, rapportés par les petits bateaux colorés qui peuplent le port. Ils sont ensuite vendus à la criée, à laquelle on peut d’ailleurs assister sous forme de visite guidée pendant les vacances scolaires ou le premier vendredi du mois. Ce ne sont pas moins de 90 espèces qui sont pêchées par les professionnels qui approvisionnent l’île et ses alentours en seiches, maigres et autres langoustines.

Oléron est d’ailleurs la seule île avec un port de pêche, car la pêche de loisirs rapportait autrefois beaucoup de poissons (notamment des sardines), à tel point que les femmes allaient les vendre !

Profitez du lieu pour flâner autour des pontons et pourquoi pas pour déguster la marée fraîchement pêchée ! Les Pêcheries de la Cotinière proposent une multitude d’espèces de poissons et de fruits de mer en libre-service ! A vous donc de jouer ! Juste à côté, la conserverie traditionnelle La Lumineuse vous donnera certainement des idées pour ramener quelques cadeaux ou souvenirs gourmands !

Île d'Oléron : port de la Cotinière

Île d'Oléron : port de la Cotinière

Île d'Oléron : port de la Cotinière

 

 

 

8. GRIMPER AU PHARE DE CHASSIRON POUR LE COUCHER DU SOLEIL 

 

 

Finissons cette escapade en beauté et en hauteur avec le phare de Chassiron. Situé à l’extrémité nord de l’île d’Oléron, c’est le repère de l’île avec ses rayures blanches et noires. Il a été construit en 1865 à l’emplacement d’un phare plus ancien, pour signaler aux marins les dangers du Pertuis d’Antioche voisin. Aujourd’hui, vous pourrez toujours grimper à 46 mètres de hauteur pour admirer un panorama exceptionnel. Le nord de l’île d’Oléron, l’océan, Fort Boyard et l’île de Ré s’offrent alors à vous. Les couleurs sont particulièrement splendides au coucher du soleil si vous avez l’occasion de le visiter à ce moment-là !

Île d'Oléron : phare de Chassiron

Île d'Oléron : vue depuis le phare de Chassiron

 

Vous trouverez au pied du phare de Chassiron des jardins en forme de rose des vents, créés pour célébrer l’attachement à la terre à la mer de l’île. Il faut dire que cette dualité a marqué les « paysans de la mer » qu’étaient autrefois les Oléronais. Souvent agriculteurs ou sauniers, ils n’avaient pas besoin de partir en mer pêcher du poisson car 237 écluses à poissons en pierre sèche disposées sur la côte leur permettaient de se ravitailler à chaque marée ! Vous les découvrirez au musée du phare de Chassiron, leur système était redoutable !

Le musée est particulièrement intéressant à visiter pour explorer les traditions et l’histoire de l’île et de ses habitants. Interactif, il raconte l’histoire d’un naufragé qui s’installe sur l’île et découvre la vie quotidienne des gens de l’époque, dédiée à dompter terre et mer. Un très beau moyen de garder une trace de notre passé, et d’y sensibiliser les petits et les grands.

Île d'Oléron : vue depuis le phare de Chassiron

 

 

 

CONSEILS PRATIQUES POUR VOTRE SÉJOUR SUR L’ÎLE D’OLÉRON

 

 

  • Comment venir à l’île d’Oléron ?

L’île d’Oléron se trouve à 45 min de Royan et à  1h de La Rochelle par la route. Une liaison maritime assure également le trajet en 50 min en fonction des jours.

Si vous arrivez en train, les gares de La Rochelle, Rochefort ou Surgères proposent des navettes en bus (attention, le trajet est long !). La gare de la Rochelle est par ailleurs la gare la plus pratique pour récupérer une voiture de location pour ensuite être autonome sur l’île d’Oléron. Comptez 2h30 depuis Paris jusqu’à la Rochelle, 1h50 de Bordeaux jusqu’à Saintes, 2h15 de Nantes à Rochefort.

En avion, l’aéroport le plus proche d’Oléron est celui de La Rochelle.

 

  • Se déplacer sur l’île d’Oléron

Une voiture est conseillée si vous souhaitez circuler de manière autonome sur l’île d’Oléron. Néanmoins, si vous avez plus de temps, le vélo est le meilleur moyen de visiter l’île ! Attention, l’île reste vaste (30 km de long). Vous pourrez louer des vélos à de nombreux endroits et les pistes cyclables sont très agréables.

 

  • Organiser son temps 

Deux jours permettent de découvrir le nord de l’île d’Oléron avec tous les coins dont je vous ai parlé. Prévoyez un long week-end pour explorer les incontournables, voire plus si vous souhaitez visiter toute l’île.

Côté visites, celle du phare dure 1h en comptant le musée, et celle de Fort Royer environ 1h30 avec la dégustation.

 

  • Informations pratiques

Cabanes de la Baudissière : les cabanes sont ouvertes en fonction des disponibilités des artistes. Le week-end souvent à partir de 10h (pause entre midi et 15h environ). Un numéro de contact est inscrit sur chaque cabane si vous souhaitez joindre un artiste.

Site ostréicole de Fort Royer : ouvert de février à novembre – consulter les horaires de visite sur le site. Tarif : 5€ la visite + 5€50 la dégustation de 6 huîtres.

Phare de Chassiron : ouvert tous les jours (horaires variables en fonction des saisons) – 3€ pour le phare seul / 5€ pour le phare et le musée (2€50 pour les enfants).

 

  • Où loger à Oléron ?

Je ne donne que rarement des idées de logement sur le blog, mais l’hôtel Le Square à Saint-Pierre-d’Oléron m’a particulièrement plu. Idéalement situé pour découvrir le nord de l’île, il offre un bon rapport qualité-prix. La décoration ambiance marine et la piscine protégée des vents sont bien agréables pendant un séjour sur l’île.

 

  • Que faire aux alentours de l’île d’Oléron ?

Brouage (à 20 min) : cette ancienne place forte encerclée par les marais conserve à l’intérieur de ses remparts un joli petit village classé parmi les plus beaux villages de France. Je vous en parlerai dans mon 2e article sur Oléron !

La Rochelle (à 1h) : avec ses tours et son vieux-port, La Rochelle offre une grande diversité d’activités nautiques ou terrestres.

Fort Boyard et l’île d’Aix : cette toute petite île encore préservée est accessible uniquement en bateau, et réservée aux vélos et piétons ! C’est d’ailleurs sur cette île que Napoléon a passé ses derniers jours en terre française. Une escale sur l’île est souvent incluse dans les croisières menant au fameux fort Boyard (qui ne se visite pas).

 

  • Que ramener de l’île d’Oléron ?

Les spécialités sont nombreuses sur l’île d’Oléron : sel aromatisé, soupe de poissons et conserves maritimes, huîtres (certes difficiles à ramener), ou encore galettes charentaises… La conserverie La Lumineuse vous donnera sans doute des idées cadeaux !

Côté boissons, Oléron n’est pas en reste : le Pineau des Charentes – excellent apéritif, le cognac Bois ordinaires, la bière des naufrageurs ou encore les vins (comme ceux du Domaine Mage, par exemple) sont typiques de l’île. Vous verrez d’ailleurs beaucoup de vignobles dans le nord d’Oléron !

 

 

Ce reportage fait suite à l’invitation de l’Office de Tourisme Marennes-Oléron. Je reste néanmoins entièrement libre de mes propos et totalement sincère dans mes recommandations ! Un immense merci à Cécile, qui a rendu ce séjour inoubliable !

 

 

 

A suivre sur La Marinière en Voyage…

 

 

La suite des aventures de la Marinière sur l’île d’Oléron, un séjour sur la Côte d’Azur, et dans bien d’autres lieux encore ! Alors pour ne rien manquer, abonnez-vous à la newsletter !

 

Si vous aussi vous utilisez Pinterest, suivez-moi sur ce réseau: La Marinière en Voyage – et n’oubliez pas d’épingler cet article pour le retrouver facilement !

Île d'Oléron : les incontournables du Nord de l'île
Épinglez-moi !

8 Replies to “Île d’Oléron : que faire dans le nord de l’île ?”

  1. Bonjour Céline
    Quel magnifique reportage sur le nord de l’ile agrémenté de photos splendides
    Nous avons des amis qui ont une maison la bas et n’avons toujours pas été les voir.
    Mais ton article ferait venir les plus récalcitrants (mais ce n’est pas mon cas)
    Encore une fois👏
    Corinne

    1. Merci beaucoup Corinne !! C’est une bonne excuse pour aller les visiter 🙂

  2. De très jolies photos qui donnent envie de visiter. J’aime particulièrement les couleurs des cabines de plages ainsi que les cabanes de pêcheurs. Je ne savais pas que le fameux Fort Boyard se trouvait pas loin de l’île d’Oléron ! C’est toute mon enfance cette émission ^^

    1. C’est vrai que l’île est colorée, et porte vraiment bien son nom d’île « lumineuse » ! Je dois t’avouer que j’ignorais qu’il existait « pour de vrai » ce fort Boyard, avant d’aller à Oléron 😉

  3. J’ai vécu toute mon enfance à 1h30 de l’île d’Oléron, je connais bien l’île surtout la partie sud pour ma part. Ma tante a une maison de vacances à St Trojan ! Cette île est magnifique, elle respire la nature et n’est pas dénaturée par le tourisme. C’est l’endroit parfait en france pour s’évader un peu !

    1. Tu vas certainement retrouver tes coins préférés dans mon prochain article sur la partie sud alors 🙂 ! Effectivement, c’est ce côté très nature(l) qui fait pour moi la grande force d’Oléron. Un petit paradis !

  4. Quel joli cadre, coloré et pittoresque ! J’aime vraiment beaucoup 🙂

    1. Contente que ça te plaise ! Cette île mérite vraiment d’être découverte 🙂

Laisser un commentaire