Tour des aiguilles rouges en 4 jours : le guide complet

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Le Tour des Aiguilles rouges en 4 jours compte, paraît-il, parmi les plus beaux treks des Alpes ! Et je dois dire que la beauté des paysages, ainsi que la diversité des panoramas, sont effectivement à couper le souffle !

Dans cet article, je vous emmène explorer la réserve des Aiguilles rouges surplombant Chamonix, la réserve de Passy, et celle du Vallon de Bérard, trois incroyables zones protégées que l’on découvre au fil du trek.

Vous aurez également toutes les clés pour préparer votre Tour des Aiguilles rouges en 4 jours. Itinéraire, trace GPX, difficulté, équipement, saison à privilégier, nuitées… Le tour des Aiguilles rouges en 4 jours n’aura plus de secret pour vous !

 

A lire aussi : 5 choses à faire en hiver à Chamonix Mont Blanc

 

TOUR DES AIGUILLES ROUGES EN 4 JOURS : CONSEILS PRATIQUES

 

  • Comment y aller ?

Chamonix-Mont-Blanc se trouve à 2h20 de Lyon et à 2h de Grenoble en voiture. En train, il faut compter au minimum 5h30 depuis Paris. Le train s’arrête à Saint Gervais-les-Bains, puis une correspondance en bus est assurée jusqu’à Chamonix. Il y a aussi parfois des TER, qui vont même jusqu’au Buet, mais il y en a très peu !

Sur place, des bus permettent de se déplacer entre les villages si vous logez en dehors du centre ville. Une navette gratuite est également en service, au centre-ville de Chamonix uniquement, pendant la haute-saison.

Le départ du tour des Aiguilles rouges en 4 jours se fait au Col des Montets (parking gratuit sur place). Si vous n’êtes pas véhiculé, il est aussi possible de commencer depuis la gare SNCF du Buet qui est très proche de la boucle.

 

  • Trace GPX, distance et difficulté du trek des Aiguilles rouges

 

La distance à parcourir pendant le tour des aiguilles rouges est d’environ 49km, pour 3 600m de dénivelé positif et négatif.

La distance et le dénivelé sur les 4 jours sont répartis ainsi :

Jour 1 : 5,5 km, 900m D+

Jour 2 : 15 km 1 000m D+, 1 200m D-

Jour 3 : 12 km 700m D+, 900m D-

Jour 4 : 17 km 850m D+, 1350m D-

 

La difficulté du trek des aiguilles rouges vient pour moi de l’accumulation sur les 4 jours du dénivelé (notamment en descente), en dormant moyennement la nuit (que ce soit en tente ou en refuge), et en portant un sac assez lourd.

Je vous recommande TRÈS vivement de prendre des bâtons de randonnée, les descentes étant sinon un enfer ! Et pourtant, je suis la première à ne jamais en utiliser habituellement, mais à partir du 2e jour, vos jambes vous remercieront !

En termes de difficulté technique, il y a quelques courts passages d’échelles et de mains courantes (1er et 2e jour uniquement), sans difficulté particulière, si le chemin est dégagé de neige.

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

  • Combien de temps prévoir pour le tour des Aiguilles rouges ?

Je vous conseille vivement de faire le tour des Aiguilles rouges en 4 jours, car cela permet, à la fin du 1er jour, de dormir au niveau des lacs de Chéserys. Ce serait dommage de manquer une telle vue au coucher, et au réveil !

Le premier jour des quatre est en réalité une demi-journée, les trois autres jours sont par contre bien remplis (6-10h de marche) ! Je reste volontairement vague dans les temps de parcours, ceux-ci variant énormément d’une personne à une autre. Néanmoins les temps proposés sur les panneaux indicateurs sur place sont à mes yeux sous-estimés (c’est plutôt l’inverse d’habitude) !

Le tour des aiguilles rouges en 3 jours est quant à lui bien sûr plus sportif et vous oblige donc à avancer bien après le Lac Blanc le premier jour !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

  • Quelle saison choisir ?

Le trek est en théorie faisable de juillet à septembre. Idéalement, je vous conseille début septembre pour profiter pleinement du tour des Aiguilles rouges en 4 jours !

En juillet-août, le trek est très fréquenté, et il paraît que c’est un peu l’autoroute au niveau du Lac Blanc !

En juillet, il y a souvent encore de la neige, avec des névés dangereux, l’absence de traces, et des mains courantes invisibles dans des passages délicats en cas de neige. Renseignez-vous bien à l’office de tourisme sur les conditions d’enneigement (et météorologiques) avant de partir !

En septembre, les sentiers sont moins fréquentés et il y a encore de belles journées. Attention cependant, à partir de mi-septembre, certains refuges ferment (voir plus bas), et les restaurants d’altitude croisés le 2e jour aussi (Planpraz et Brévent).

J’ai profité de 4 jours de temps magnifique fin septembre, mais tout était fermé le 2e jour, ne permettant pas du tout de se ravitailler en eau à partir du Lac Blanc, et jusque dans la descente du Brévent en direction du refuge de Bellachat (soit toute la journée). Heureusement, quelques tâches de neige tombées quelques jours plus tôt ont permis d’avoir un peu de sursis.

Fin septembre, c’est par contre la période du brame du cerf, dont j’ai pu allègrement profiter le 4e jour dans la verdoyante réserve de Passy.

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

  • Quel équipement pour le tour des Aiguilles rouges ?

Pour faire le tour des Aiguilles rouges en autonomie, j’avais pris un sac à dos de 40L, avec :

  • vêtements et accessoires techniques + de rechange (attention, à 2 500m, il fait frais, même l’été !) – fin septembre j’ai utilisé gants, bonnet et tour de cou tous les jours !
  • chaussures de randonnée et chaussures de récupération (type sandales)
  • équipement de camping
  • équipement pour faire à manger + nourriture lyophilisée + en-cas
  • 2 gourdes différentes pour purifier l’eau et en avoir toujours une de prête + pastilles micropur (indispensable !)
  • bâtons de randonnée
  • lampe frontale, lunettes de soleil et crème solaire
  • matériel d’orientation (carte ou batterie externe pour le téléphone)
  • trousse de toilette, pharmacie, couverture de survie, fil à linge
  • papiers personnels

Vous trouverez ici une liste complète de l’équipement pour ne rien oublier !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

  • Emplacements de bivouac et refuges du tour des Aiguilles rouges 

Il y a 4 refuges sur le chemin, dont les trois premiers constituent les points d’étape à la fin de chaque journée. Il faut impérativement réserver, et suffisamment en avance en été ! Si par contre vous ne dormez pas en refuge, voici les points de bivouac correspondant aux refuges (il n’y a pas tant de spots possibles pour le bivouac).

 

Nuit 1 : Refuge du lac Blanc
Altitude : 2355 m – 30 couchages
Dates d’ouverture : 15 juin au 30 septembre
Tél. 04 50 53 49 14 (refuge) – Tél. 04 50 47 24 49 (gardien)

Coin bivouac :  interdit autour du Lac Blanc : il faudra vous arrêter avant, au lac de Chéserys sous peine de devoir redescendre et faire marche arrière ! Mais la vue est tout aussi belle, voir encore plus belle au lac de Chéserys !

 

Nuit 2 : Refuge Bellachat
Altitude : 2136 m – 30 couchages
Dates d’ouverture : 25 juin au 15 septembre
Tél. 04 50 53 43 23 (refuge) – Tél. 04 50 53 46 99 (hors saison)

Coin bivouac : je ne vois pas l’utilité de descendre jusqu’au refuge Bellachat si vous ne dormez pas au refuge, puisque c’est un aller-retour. Je me suis pour ma part arrêtée 20 minutes en-dessous du Brévent (direction Bellachat), en bordure de sentier, avec vue sur le Mont Blanc.

 

Nuit 3 : Refuge Moëde Anterne
Altitude : 1996 m – 120 couchages
Dates d’ouverture : 15 juin au 30 septembre
Tél. 04 50 93 60 43 – Tél. 06 09 42 42 34 (hors saison)

Coin bivouac : vous pourrez bivouaquer (à partir de 19h) au pied du refuge. Il suffit de régler 3€ au refuge, et vous pourrez utiliser leurs sanitaires.

 

Sur le chemin du jour 4 Refuge de la Pierre à Bérard
Altitude : 1924 m – 40 couchages
Dates d’ouverture : 15 juin au 30 septembre
Tel : 04 50 54 62 08

A noter : L’intérieur des refuges, le dîner / petit-déjeuner sont réservés exclusivement aux personnes ayant réservé la nuit. Vous ne pourrez commander que des boissons et en-cas à certains horaires si vous n’y dormez pas.

 

Points de ravitaillement en eau si vous ne dormez pas en refuge : lac Blanc le 1er jour, mini-lac en-dessous du sommet du Brévent et au-dessus du lac du Brévent le 2e jour, torrents le 3e jour, refuge de Moëde Anterne, torrents le 4e jour.

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours
Refuge du Lac Blanc

 

  • Où dormir avant et après le tour des Aiguilles rouges ? 

J’ai dormi au Vieux Grassonnet, un chalet associatif qui propose des chambres en dortoir (25€ la nuit). Il s’agit de la plus vieille maison d’Argentière, et elle conserve aujourd’hui encore ses caractéristiques du 18e siècle (outre le confort d’une salle de bains moderne) ! Le chalet est vraiment plein de charme !

Si vous préférez un logement tout confort, je vous conseille l’Auberge du Manoir en plein coeur de Chamonix (à partir de 140€ en pleine saison), dans un superbe cadre typique de la région, ou encore le Refuge des Aiglons, avec piscine chauffée et spa pour récupérer de votre trek (à partir de 180€ en pleine saison) !

Logement Chamonix - La Marinière en Voyage

Logement Chamonix - La Marinière en Voyage

Logement Chamonix - La Marinière en Voyage

Logement Chamonix - La Marinière en Voyage

 

  • Où se restaurer à Chamonix ?

Le restaurant Les Voisines à Argentière : une très bonne adresse mêlant spécialités fromagères, plats locaux et plats plus élaborés, dans un décor chaleureux composé d’outils de métiers anciens !

La boulangerie l’Al’Pain à Argentière : grand choix de très bons produits salés et sucrés, et salon de thé sur place

 

 

 

TOUR DES AIGUILLES ROUGES EN 4 JOURS – JOUR 1

 

 

Jour 1 : 5,5 km, 900m D+ (demi-journée)

Ce tour des Aiguilles rouges en 4 jours débute au col des Montets, à quelques minutes de Chamonix en direction de la Suisse. Le début du sentier annonce rapidement la couleur : ça grimpe dur ! Mais au fur et à mesure que l’on prend de la hauteur, on peut déjà admirer les forêts alentour, puis rapidement aussi les glaciers du Tour et d’Argentière ! On en prend vite plein les mirettes !

Difficile d’imaginer pourtant, dans ce décor déjà grandiose, toute la diversité des panoramas à couper le souffle que l’on va croiser les prochains jours !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

Une fois les premiers lacets abrupts avalés, la pente se fait plus douce, et le massif du Mont Blanc se laisse peu à peu découvrir. En ce début d’automne, les couleurs éclatantes des myrtilliers brillent de mille feux… Une vraie claque visuelle ! (Et ce ne sera pas la dernière !).

C’est à cet instant que je croise mon premier bouquetin de ce tour des Aiguilles rouges… Une douce rencontre, lui ne semblant pas gêné du tout de la présence, de plus en plus nombreuse, à ses côtés !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

Après avoir longé la chaîne du Mont Blanc sur quelques kilomètres, on arrive aux lacs de Chéserys. Il y en a en fait plusieurs : deux premiers lacs jumeaux, d’un bleu profond, qui laissent ensuite place au grand lac, célèbre pour son effet miroir. C’est ici que vous pourrez planter votre tente pour un bivouac d’exception !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

Le vue depuis le lac est l’une des plus belles des Alpes ! Les Drus, l’Aiguille du Midi et l’ensemble du Massif du Mont Blanc se dressent fièrement sous vos yeux…

Mais si vous préférez loger au refuge du Lac blanc, le panorama sera tout aussi beau (avec en prime le lever de soleil qui embrase les Aiguilles rouges !).

Inutile de préciser qu’au réveil, avec une telle vue, on est motivé pour se lever – même aux aurores ! La sensation d’être seul face à ces montagnes au petit matin est vraiment extraordinaire !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

TOUR DES AIGUILLES ROUGES EN 4 JOURS – JOUR 2

 

 

Jour 2 : 15 km 1 000m D+, 1 200m D- (journée entière)

Le deuxième jour commence par la montée au refuge du Lac blanc, courte mais raide, ponctuée par un rapide passage d’échelle qui évite simplement de devoir escalader un rocher. Le refuge occupe un emplacement imprenable : d’un côté les Drus et le Mont Blanc, et de l’autre, les Aiguilles rouges, qu’on oublierait presque d’admirer, tant le miroir avec vue sur le roi des Alpes est hypnotisant…

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

Mais il faut déjà continuer la route, qui s’annonce longue aujourd’hui ! Les kilomètres suivants sont plus rocailleux, et criblés par les marques du tourisme hivernal. Remontées, tire-fesses et pistes de skis ouvrent de larges fentes sur la face sud de la réserve. Après l’Index, place à une autre rude montée jusqu’au col de la Glière.

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

Le sac semble de plus en lourd, mais heureusement, je croise la première marmotte de ma vie : de quoi remettre un peu de baume au coeur pour atteindre le col ! A noter : une main courante est à franchir juste avant d’y arriver.

Au col, on aperçoit pour la première fois l’autre versant des Aiguilles rouges, avec le très beau lac Cornu au premier plan… La suite de la journée est plus plate, jusqu’au col Cornu, puis en descente jusqu’à Plan Praz ! Quelques épineux reverdissent ici et là le paysage, très sec jusque là sur cette face sud !

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges en 4 jours

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage $Tour des aiguilles rouges en 4 jours

 

A Plan Praz, le moral en prend un coup en observant le sommet du Brévent dressé 500m plus haut, et qu’il faut monter en cette fin d’après-midi ! Il ne semble plus possible de monter jusqu’au sommet du Brévent par la piste (opérations de minage), je prends donc l’option par le col du Brévent, qui s’avère particulièrement jolie ! Marmottes et bouquetins sont en plus présents, et peu craintifs quand on les observe calmement…

Le sentier continue ensuite jusqu’au pied du sommet du Brévent, avec un nouveau passage d’échelle, avant de redescendre vers le refuge de Bellachat. Nul besoin d’aller jusque là, d’autant plus qu’il est fermé en cette saison (fin septembre). Je m’arrête donc quelques minutes en dessous du Brévent pour planter ma tente, face au Mont Blanc une fois de plus.

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

Ce soir, les couleurs sont de toute beauté et le roi des Alpes se pare tour à tour d’orange et de rose, avant de disparaître dans la nuit étoilée. Quel spectacle que de le voir s’illuminer en premier le matin, et sombrer dans la nuit en dernier le soir !

Même si demain il faudra rebrousser chemin jusqu’au col du Brévent, je suis ravie d’avoir poussé jusque là pour atteindre un tel spot de bivouac, et découvrir de nouveaux paysages. Ici c’est le lac du Brévent qui se dresse au premier plan et un panorama  lointain sur tout le sud des Alpes…

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

 

 

TOUR DES AIGUILLES ROUGES EN 4 JOURS – JOUR 3

 

 

Jour 3 : 12 km 700 D+, 900 D- (journée entière)

Après une nuit plus fraîche, je remonte jusqu’au sommet du Brévent pour admirer la vue à 360° ! J’y étais déjà allée il y a quelques années lors de mon séjour à Chamonix en hiver, mais la vue est bien sûr complètement différente à cette saison ! Je suis d’ailleurs ravie de pouvoir admirer la métamorphose des lieux en version estivale !

Je rebrousse ensuite chemin jusqu’au col du Brévent, puis la descente s’amorce ! Plus de 900m de dénivelé négatif s’enchaîne, en lacets puis en pente plus douce, puis atteindre la vallée de la Diosaz.

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage
Une marmotte aux aguets !

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

Ce versant nord est une claque totale ! Complètement différente des paysages des deux jours précédents, la réserve naturelle de Passy regorge de ruisseaux et de végétation verdoyante, rehaussée à cette saison par les myrtilliers écarlates.

La descente est longue, surtout pour les genoux qui commencent déjà à bénir les bâtons de randonnée… Mais la vue est imprenable et on aperçoit vite l’arrivée de ce troisième jour de l’autre côté de la rivière : le refuge de Moëde-Anterne.

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

Je m’arrête pour déjeuner et me baigner dans la Diosaz (une séance de cryothérapie très appréciable !), avant de grimper les dernières centaines de mètres de la journée. Le refuge se trouve au milieu de jolies prairies jaunissantes, protégées par l’impressionnante barre des Fiz, qui sépare la réserve de Passy de celle de Sixt-Fer à Cheval.

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

Le refuge offre une vue ravissante sur toute la vallée, et même sur le Mont Blanc, jamais bien loin pendant ce tour des Aiguilles rouges en 4 jours ! L’emplacement est donc idéal pour bivouaquer, d’autant plus que ce soir, les Drus et la chaîne du Mont Blanc ont prévu de s’embraser !

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

 

 

TOUR DES AIGUILLES ROUGES EN 4 JOURS – JOUR 4

 

 

Jour 4 : 17 km, 850 D+, 1350m D- (longue journée !)

Dernière journée du tour des Aiguilles rouges en 4 jours : c’est la plus longue ! Elle débute sans trop de dénivelé, jusqu’aux chalets de Villy, une cabane de berger nichée dans la vallée de la Diosaz. Forêts, camaïeux d’herbe orange, troupeau de moutons et Mont Buet forment un tableau champêtre parfait.

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

On ressent la vallée plus sauvage, et à cette époque, le brame du cerf a déjà commencé ! Les paysages sont magnifiques, ponctués par quelques brames lointains. J’arrive même à apercevoir un cerf quelques centaines de mètres au-dessus de moi.

Mais quelques minutes plus tard, alors que je me retourne suite à un bruit d’oiseau, je me retrouve nez à nez avec lui, à moins de 50 mètres ! Une drôle de rencontre, extraordinaire, où l’instinct de survie prend le dessus. Heureusement, il prend peur lorsque je me retourne et dévie sa route… Les secondes semblent suspendues mais j’ai le réflexe de capturer l’instant, alors qu’il est déjà loin…

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

Remise de mes émotions, je continue en direction du col de Salenton, le plus haut point du parcours (2 526m). Une bonne grimpette (la dernière), qui finit au milieu des pierriers.

Puis l’interminable redescente commence, d’abord au milieu de gros blocs de rochers, peu propices à une descente rapide ! Surtout qu’après 4 jours, le pas se fait moins sautillant, et les bâtons ne suffisent pas à atténuer les courbatures ! Heureusement, la réserve du Vallon de Bérard offre de nouveaux paysages, tout aussi sublimes bien que très différents.

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

Tour des aiguilles rouges - La Marinière en Voyage

 

Après le refuge de la Pierre à Bérard, on longe la rivière sur plusieurs kilomètres. La forêt est jolie et assez dépaysante après ces quelques jours placés sous l’égide du règne minéral. Sur le chemin, vous pourrez découvrir la cascade de Bérard, impressionnante chute d’eau nichée au creux de la forêt. C’est ici que vous retrouverez la civilisation…

 

Et juste avant de boucler la boucle, ne manquez pas de faire quelques pas de côté pour parcourir le hameau de La Poya ! C’est le village le plus typique et le mieux conservé de la vallée de Chamonix, il est de toute beauté avec ses vieux chalets en pierre qui semblent sortis d’un autre temps…

Village de la Poya - La Marinière en Voyage

Village de la Poya - La Marinière en Voyage

 

J’espère que ce tour des Aiguilles rouges en 4 jours vous aura plu et vous aura donné envie de randonner dans ces 3 magnifiques réserves naturelles !

Retrouvez ici d’autres idées d’escapades en Auvergne – Rhône – Alpes !

 

 

A suivre sur La Marinière en Voyage…

 

La découverte du Saumurois troglodyte, du lac d’Annecy et de bien d’autres lieux encore ! Alors pour ne rien manquer, abonnez-vous à la newsletter !

 

 

Et si vous aussi vous utilisez Pinterest et Instagram, suivez-moi sur ces réseaux : @La Marinière en Voyage.

4 Replies to “Tour des aiguilles rouges en 4 jours : le guide complet”

  1. Une belle randonnée avec de beaux paysages qui récompensent les efforts.

    1. Oui les efforts, bien qu’importants, sont largement récompensés 🙂

  2. Bonjour!

    Nous avons l’intention de suivre votre itinéraire cet été! Je regarde le tracé sur visorando et je me pose deux questions. Aviez-vous une préparation physique particulière? Comment avez-vous rejoint le col des Montets à la fin? Je ne vois pas de sentier… Merci d’avance pour réponse et surtout merci pour ce descriptif complet!

    1. Bonjour Lilie,
      ravie que cet article puisse être utile ! Pas de préparation physique particulière mais je cours, nage, et pédale régulièrement… Faire quelques randos avec un gros sac en amont peut bien aider à mon sens.
      Et pour le col des Montets, au niveau de la cascade il y a un chemin balisé qui part le rejoindre, en longeant un peu la route !
      Bonne balade,
      Céline

Laisser un commentaire