Roadtrip dans le Lot #2 – Rocamadour et le Gouffre de Padirac

Rocamadour - le musée et ancien palais épiscopal

Le Gouffre de Padirac est ma deuxième étape sur les routes du Lot après le joli village de Martel. Et ce fut l’une de mes plus belles découvertes de 2017 ! Petits et grands, je suis sûre que vous ne serez pas déçus par le lieu, il est tout simplement magique ! A l’occasion de sa réouverture annuelle le 24 mars, je vous propose une visite du premier site souterrain français. Puis nous partirons à la découverte de la célèbre Rocamadour, la cité sacrée voisine de Padirac. On y va ?

 

 

 

PLONGÉE DANS LE GOUFFRE DE PADIRAC

 

 

 

Affiches anciennes du gouffre de Padirac

 

  • Le gouffre d’entrée

Une première surprise vous attend avant même de prendre les billets, car on aperçoit un énorme gouffre d’une trentaine de mètres de diamètre en plein milieu du village ! Regarder au fond donne le vertige : il plonge à plus de 75 mètres dans les entrailles du Lot ! Autant dire que la descente est impressionnante; vous pourrez la faire par un ascenseur ou à pied. Les parois du gouffre sont recouvertes de végétation et encore pleines de vie. Le décor ferait presque penser à un film fantastique…

Le gouffre de Padirac a été exploré pour la première fois en 1889, à l’aide d’une échelle de corde ! C’est Edouard-Alfred Martel, l’inventeur de la spéléologie moderne, qui s’y est aventuré le premier. Il a alors montré que c’était bien une œuvre de la nature, et non celle du diable. En effet, Padirac signifie « le pas du diable » en occitan. La légende racontait à l’époque que c’était le diable qui l’aurait formé d’un coup de talon ! En 1899 a lieu l’inauguration du gouffre avec la première ouverture au public.

Entrée du gouffre de Padirac

 

  • La rivière souterraine

Arrivés au fond du gouffre, il faut encore descendre quelques marches pour arriver à 100 mètres de profondeur. C’est alors que débute la visite libre sur plusieurs centaines de mètres à travers la grotte. L’ambiance est mystérieuse mais les lumières devraient rassurer les plus claustrophobes. Au bout, on arrive à une rivière souterraine large de plusieurs mètres, et longue de 20 kilomètres ! Nous n’en verrons pourtant qu’un kilomètre.

La rivière est située à 103 mètres sous terre. C’est l’effondrement de sa voûte qui est l’origine de la formation du gouffre, il y a 10 000 ans. La traversée de la rivière souterraine se fait en barque, il y a donc parfois un peu d’attente avant de pouvoir embarquer. Mais la balade est très agréable, seul le bruit de la rame vient briser le calme ambiant. Petit à petit, le plafond de la Galerie de la Source prend de la hauteur, pour atteindre près de 100 mètres ! Les dimensions sont impressionnantes.

Difficile de l’imaginer, et pourtant il y a plusieurs sortes d’animaux au fond du gouffre. Des chauves-souris bien sûr, mais aussi de petites crevettes et de minuscules bigorneaux. Toute une vie prospère à une centaine de mètres sous terre !

On arrive enfin au Lac de la pluie, où tombe la « Grande Pendeloque » de 60 mètres de haut : c’est l’une des plus grandes stalactites du monde !

Gouffre de Padirac - chemin vers la rivière Padirac - affiche ancienne de la Grande Pendeloque

Gouffre de Padirac - grande pendeloque du lac de la pluie

 

  • Visite guidée autour des lacs

Commence alors une visite guidée passionnante d’environ 45 minutes à travers les galeries du gouffre de Padirac. Le guide, jeune mais expérimenté, donne des explications très intéressantes. Il y a souvent un peu de monde, mais la grandeur des lieux fait oublier tout le reste. On se croirait littéralement dans un décor de film; les photos ne rendent pas un millième de la beauté et de la grandeur réelles du lieu !

On commence par le Lac des gours, qui fait référence aux barrages naturels formés par des concrétions en travers d’un lac ou d’une rivière. On les croirait construits par des mains humaines, n’est-ce-pas ?

Gouffre de Padirac - lac des gours

Puis la visite continue quelques dizaines de mètres plus haut au niveau du Lac supérieur. Il est situé dans la Salle du Grand dôme, dont la voûte atteint 90 mètres de haut. « Impressionnant » n’est pas un terme assez fort pour décrire le cadre… Les concrétions calcaires ont sculpté un décor féerique. Vous verrez par exemple de magnifiques « piles d’assiettes », qui sont en fait des concrétions en étages formées par les ruissellements constants.

Ce sont aussi les gouttes d’eau qui, en s’infiltrant dans la roche calcaire, forment et élargissent les cavités et créent les stalactites et stalagmites. Celles-ci se développent très lentement. Imaginez, elles ne grandissent en moyenne que d’un millimètre par siècle !

Gouffre de Padirac - le lac supérieur

Gouffre de Padirac - lac supérieur

Le retour s’effectue à nouveau en barque avant de remonter à la surface.

 

 

 

VISITE DE ROCAMADOUR

 

 

  • Le site de Rocamadour

Rocamadour est célèbre pour la situation spectaculaire de son village niché au creux d’une immense falaise. C’est avant tout un haut lieu religieux, étape des chemins de Saint Jacques de Compostelle classée au patrimoine mondial de l’UNESCO !

Pour s’en rendre compte, il faut admirer le village de loin. Vous trouverez un magnifique point de vue en contrebas depuis la route venant de Couzou (au sud) ou au niveau du belvédère qui offre un panorama magnifique sur la cité et la vallée de l’Alzou dans laquelle elle se trouve.

La cité de Rocamadour

Vue panoramique sur Rocamadour

La ville est construite sur plusieurs « étages »; vous trouverez un plan dans la partie « Conseils pratiques » en bas de l’article. Tout en bas, les maisons de la rue principale dominent la rivière Alzou. Quelques dizaines de mètres plus haut, les églises et le sanctuaire sont accolés à la falaise, et tout en haut le château domine la vallée. Vous pourrez visiter le site de haut en bas ou inversement. Pour ceux qui ne veulent pas utiliser l’ascenseur, commencer par le haut est moins fatiguant, mais monter progressivement les étages et notamment l’escalier des pèlerins est très symbolique. Je vais vous expliquer pourquoi !

 

  • La rue principale et l’escalier des pèlerins 

Commençons donc en bas de la cité par la rue principale. On y entre en franchissant la porte Figuier puis la porte Salmon. Les maisons sont mignonnes mais la rue n’a pour moi que peu d’intérêt car elle est devenue très très touristique. Il n’y a presque que des magasins pour appâter les visiteurs, cela gâche un peu l’ambiance du lieu qui reste quand même un endroit sacré.
Depuis la rue principale, les 216 marches du grand escalier vous mèneront au sanctuaire. C’est cet escalier monumental que les pèlerins grimpaient à l’époque à genoux pour faire pénitence, en s’arrêtant à chaque marche pour prier. Imaginez le nombre de personnes qui ont « escaladé » ces marches !

Porte FIguier à Rocamadour

Porte Salmon à Rocamadour

L'escalier des pèlerins de Rocamadour
L’escalier des pèlerins

Rocamdour - le château vu depuis la porte Figuier

 

  • Le sanctuaire

L’étage du sanctuaire est composé d’un très joli ensemble collé contre la falaise, avec sept chapelles. La plus célèbre est la Chapelle des miracles qui renferme la Vierge noire, vénérée depuis plus d’un millénaire ! Plusieurs chapelles sont assez insolites, comme la chapelle Saint Michel en partie troglodyte. La chapelle Notre Dame de l’Ovalie l’est plus encore, car elle est dédiée au culte du rugby (non, non, le 1er avril arrive seulement dans une semaine !).

L’ensemble est rénové et plutôt mignon, et certaines chapelles permettent même d’être un peu au calme. L’architecture de l’ancien palais épiscopal, devenu musée d’art sacré, est très belle aussi. Dans le sanctuaire, on se rend véritablement compte de la fusion des bâtiments avec la falaise. C’est vraiment impressionnant !

Ancien palais épiscopal de Rocamadour

Sanctuaire de Rocamadour

Vierge noire de Rocamadour

Sanctuaire de Rocamadour

Détail architectural du palais épiscocal de Rocamadour

 

  • Le château

A l’extérieur du sanctuaire commence ensuite le chemin de croix qui zigzague à travers les arbres jusqu’au château. La montée est agréable et ombragée, ponctuée des différentes stations. Au sommet vous découvrirez le château et ses remparts. Il est possible de monter sur les remparts (en s’acquittant de deux euros) pour avoir une jolie vue sur la cité et sur la vallée de l’Alzou.

Rocamadour - station du chemin de croix

Château de Rocamadour

Rocamadour - vue depuis le château
Vue sur la rue principale et la vallée de l’Alzou

 

 

CONSEILS PRATIQUES

 

  • Informations pratiques

Le gouffre de Padirac est ouvert uniquement de fin mars (24 mars en 2018) à début novembre. Il est ouvert tous les jours mais les horaires varient, je vous conseille donc de vérifier sur leur site.
Prévoyez des chaussures fermées et des vêtements chauds qui ne craignent pas trop l’eau car les gouttes sont fréquentes ! Sous terre, il fait environ 13°C toute l’année, pour 98% d’humidité…

Tarifs pour le gouffre : 13,50€ pour les adultes (tarif réduit : 12,15€) et 9,50€ pour les enfants de 4 à 12 ans.

Pour votre visite de Rocamadour, vous trouverez ci-dessous le plan du village et l’emplacement des différents parkings. Pour information, voici les tarifs de l’ascenseur de Rocamadour : 2,60€ aller – 4€20 A-R.

Plan de Rocamadour

 

  • Comment y aller ?

Padirac et Rocamadour se trouvent à 55 minutes au sud de Brive-la-Gaillarde et à 2h au nord de Toulouse. L’aéroport Brive-Vallée de la Dordogne est à 30 minutes en voiture. Les deux sites sont distants de 17 km (20 minutes en voiture).

 

  • Temps de visite

La visite du site de Rocamadour est assez rapide, deux heures devraient être suffisantes. Pour le gouffre de Padirac, comptez 45 minutes pour la visite guidée, et environ 1h30 au total.
Il est possible de réserver en ligne des billets coupe-file, la queue pouvant être longue pendant l’été.

 

  • Que ramener de Rocamadour et Padirac ?

Je vous en parlais dans mon article sur Martel, la région est connue pour son foie-gras, ses noix, et ses produits à base de truffe. Il y a aussi de très bons croquants aux noix à Rocamadour et le célèbre fromage de chèvre qui porte le nom du village. Mais les magasins sont tellement touristiques (pas vraiment dans le bon sens du terme) que je ne saurais vous conseiller une boutique en particulier.

 

  • Explorer les alentours

– La forêt des singes se situe à quelques minutes seulement de Rocamadour et Padirac. C’est un grand parc où vivent en liberté près de 150 singes. Vous pourrez vous balader dans la forêt et découvrir ses habitants, notamment à travers des panneaux et des vidéos.

Martel (à 25 min) : Je vous en parlais dans l’article sur ma première étape dans le Lot, ce petit village vaut le détour ! Ambiance calme et décor médiéval pour une pause bien méritée loin des touristes 😉

St Cirq-Lapopie (à 1h) : Au sud de Padirac, vous pourrez aussi découvrir l’un des plus beaux villages de France : St Cirq-Lapopie ! Je vous en parlerai très vite dans un prochain post pour clôturer la série sur le Lot.

Collonges-la-Rouge et Turenne (à 40 min) : si au contraire vous continuez vers le nord, ne manquez pas ces deux sublimes villages de Corrèze à découvrir aussi sur le blog.

10 Replies to “Roadtrip dans le Lot #2 – Rocamadour et le Gouffre de Padirac”

  1. J’ai prévu d’aller à Rocamadour cet été, j’ai tellement hâte ! Et j’en profiterai pour voir toutes ces petites choses dans les environs que tu cites. C’est tellement magnifique !

    1. Profite bien du Lot, c’est magnifique ! 🙂

  2. Rocamadour est vraiment un village que j’aimerais beaucoup faire. J’en bave déjà d’avance! Et je suis super contente de connaître grâce à ton article le Gouffre de Padirac, superbe ! Merci pour cette belle découverte… J’aime bien te suivre dans tes tours de France 🙂

    1. Merci Kiki 😉 Et encore, les photos de Padirac ne rendent en rien la grandeur et la magie du lieu 🙂 j’espère t’emmener encore dans plein de beaux endroits !

  3. Le Gouffre de Padirac a l’air splendide et impressionnant ! Merci pour cette belle découverte à travers ton article !

    1. Avec plaisir ! J’espère que tu auras l’occasion d’y aller; la réalité n’est rien comparée aux photos !

  4. Merci pour cet article, ça a l’air tellement beau !
    On m’en a dit que de bien de Padirac de toute façon 🙂
    Si tu ne l’as pas encore fait, je te conseille Carcassonne : j’en reviens et je suis encore sous le charme de ce petit bout de France !
    A bientôt !

    1. Merci Emilie pour ton commentaire 🙂 Oui, c’est vrai que c’est très beau aussi ! J’y suis déjà allée mais je connais peu la région des Corbières et autour de Carcassonne : tellement de choses à faire là bas aussi !

  5. Lydie BULLIER dit : Répondre

    Bonjour justement ça tombe bien nous allons à gramat et avons prévu de faire rocamadour sarlat et j ai déjà mes places pour le gouffre de Padirac. Hâte d y être

    1. Vous allez vous régaler ! Bon séjour 🙂

Laisser un commentaire